Vous êtes dans :

Au pied du mur sans porte

  • Théâtre

vendredi 22 avril
20h30

Salle Albert Camus

Texte et mise en scène Lazare

Avec Anne Baudoux, Julien Lacroix, Axel Bogousslavsky, Mourad Musset, Yohann Pisiou et Claire-Monique Scherer
Musiciens Guillaume Allardi, Benjamin Colin, Jean-François Pauvros et Franck Williams

Avec son œuvre sertie de blessures intérieures, Lazare revient au Liberté après y avoir présenté la saison dernière Petits Contes d’amour et d’obscurité. Ce deuxième volet d’une grande fugue épique en trois parties évoque allégoriquement les problèmes de l’enfance mise au ban de la société, à travers le filtre de son histoire personnelle. Création du Festival d’Avignon 2013

Libellule, sept ans, est un enfant « en grandes difficultés », selon la formule. La directrice de l’école le présente à des spécialistes et sa mère, illettrée, le soumet à de la magie traditionnelle… Ses absences et l’ennui l’amènent à s’égarer dans la périphérie de la vie, entre terrains vagues, caves et halls d’immeubles, là où les chemins se perdent, le danger rôde et les monstres se tapissent… Auteur et metteur en scène autodidacte, improvisateur de rue devenu force vitale du théâtre en France (actuellement artiste associé au Théâtre national de Strasbourg), Lazare exorcise la question de la jeunesse perdue des quartiers défavorisés, de manière très personnelle, à travers le destin d’un enfant écorché vif, son double. La misère sociale, l’errance et les vies minuscules forgent l’univers poétique et métaphysique de cette pièce saisissante, dans sa langue vibrante et sa mise en scène sculptée d’ombres et de fulgurances, qui font de Lazare le grand singulier du théâtre d’aujourd’hui.

Lumières Bruno Brinas
Conseil chorégraphique et assistanat à la mise en scène Marion Faure
Conseil scénographique Marguerite Bordat
Conseil artistique Daniel Migairou

Production Vita Nova
Coproduction Studio-Théâtre de Vitry
Avec le soutien de la DRAC Île de France, du ministère de la culture et de la communication, de l’association Beaumarchais-SACD, de la SPEDIDAM, du Théâtre L’Échangeur de Bagnolet, du Théâtre National de Bretagne, du Trident, scène nationale de Cherbourg et de La Fonderie, Théâtre du Radeau, Le Mans

Le texte représenté est publié aux éditions Voix Navigables et aux Solitaires intempestifs

Vous aimerez aussi