Aller au contenu de la page

Vous êtes dans :

Le Bac 68

Théâtre

mercredi 18 janvier
20h30

Ferdinand Faure revient ! À travers son double, l’acteur remet le cap sur ses jeunes années. Un nouveau seul en scène autobiographique sur la période où tout bascule… Le feuilleton Caubère continue !

Printemps 1968, sous l’autorité de sa mère Claudine, Ferdinand, un peu cancre sur les bords, s’apprête à passer le bac. Mais, avec les révoltes étudiantes et syndicales qui bousculent le train-train d’une France très conformiste et sont sur le point de transformer le visage du pays à la fin du XXe siècle, il vit ce qui sera un des tournants de sa vie.
Philippe Caubère considère cette pièce comme le ressort caché de La Danse du Diable (vu au Liberté lors de la saison 2013). L’acteur/auteur, révélé au Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine et réputé pour ses marathons théâtraux avignonnais, continue le récit de ses jeunes années, complétant la riche œuvre d’apprentissage commencée dans les années 1990. Ici, il extrait de sa jeunesse la précieuse année 68, celle où l’horloge des passions françaises s’est arrêtée et dont on parle encore aujourd’hui. Le Bac 68, un examen de conscience pour toutes les générations ? Dans l’irrésistible tonalité humoristique et populaire qui le caractérise, le Marseillais croise à nouveau la petite et la grande Histoire avec une précision chirurgicale et une truculence diabolique.

Direction technique et régie lumière Claire Charliot
Régie son Mathieu Faedda
Stylisme Christine Lombard
Jupe de la mère Sophie Comtet d’après le tableau d’Egon Schiele

Production Véronique Coquet pour La Comédie Nouvelle
Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication

Vous aimerez aussi

mourir-a-trente-ans

Théma

Cinéma | Conférence

Salle Daniel Toscan du Plantier

Mourir à trente ans

mardi 17 janvier

20h

Film de Romain Goupil 1982

Rencontre avec le réalisateur et Philippe Caubère à l'issue de la projection 

Lire la suite