Le Liberté La saison

Des femmes en mots et en notes

Salle Daniel Toscan du Plantier

Avec Aurore Evain, autrice et metteuse en scène, Florence Launay, chanteuse lyrique et musicologue, Christine Détrez, sociologue et maîtresse de conférences et Claire Bodin, claveciniste et directrice artistique

Entrée libre 

Au service d’une même cause : la création des femmes, nous souhaitons faire se rencontrer et dialoguer les diverses voix (voies) de la recherche scientifique et des expériences de terrain, des parcours personnels et carrières professionnelles, des étudiants, du public et des intervenants, des compositrices du passé et celles du présent. Des regards différents qui se complètent pour nous aider à mieux comprendre le passé, analyser le présent, préparer le futur !

Programme :

  • 10h30 : Introduction
  • 10h45 : Christine Detrez, maîtresse de conférence HDR à L’ENS Lyon, spécialiste de recherches en sociologie de la culture et sociologie du genre
    Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?
    Les encyclopédies, les histoires de l’art ou de la musique, les programmes des théâtres et festivals comportent bien peu de femmes. Comment expliquer cette absence, tellement banalisée qu’elle ne nous frappe même plus ? Le Génie ne se conjuguerait donc pas au féminin ? Il s’agira de comprendre comment et pourquoi, depuis des siècles, on nie le talent aux femmes.
  • 13h30 : Aurore Evain, autrice, dramaturge et metteuse en scène
    Actrices, autrices, compositrices... À la recherche des pionnières de la scène baroque.
    À l’occasion de la première reprise en France du Favori, tragi-comédie écrite par Madame de Villedieu en 1665, Aurore Evain évoquera - en mots, en images et en musique… - les créatrices du théâtre professionnel qui firent leur apparition en Europe au XVIIe siècle.
  • 14h15 : Florence Launay, chanteuse lyrique et musicologue
    Donner voix aux compositrices : entre recherche et pratique de la mélodie
    C’est à l’occasion de récitals à Leipzig, Weimar et Berlin dans les années 1990, consacrés à des lieder de Fanny Hensel, Clara Schumann et Johanna Kinkel, que m’a été révélée l’extraordinaire richesse de la création musicale féminine. Un trésor que je n’ai cessé d’explorer depuis, à la fois par mes recherches musicologiques et au concert.
  • 15h : Pause
  • 15h15 : Claire Bodin directrice artistique
    Une facette d’Alma Schindler-Mahler, la compositrice
    Il est frappant de constater à quel point les livres sur Alma Schindler-Mahler ne parlent en fait que très peu d’elle ! Choquant aussi de voir combien les jugements portés sur cette femme à la destinée si peu commune sont sans concession, souvent cruels, et accordent bien peu d’importance à la créatrice qui certes n’a pu se développer comme elle l’avait imaginé mais a néanmoins laissé la trace d’un réel et précoce talent.

Christine Détrez est agrégée de lettres classiques et maîtresse de conférences HDR en sociologie à l'ENS de Lyon. Ses recherches portent sur la sociologie de la culture et la sociologie du genre. Ses derniers ouvrages sont Sociologie de la culture (Armand Colin, 2014), Quel genre ? (Thierry Magnier, 2015), et Les femmes peuvent-elles de grands hommes ? (Belin, 2016). Elle écrit aussi des romans, dont le dernier, La nuit des éphémères, est sorti en 2015 aux Editions Chèvre-feuille étoilée.

Florence Launay, docteure en musicologie de l'Université de Rennes 2, est l'auteure d'un ouvrage issu de sa thèse, Les Compositrices en France au XIXe siècle (Fayard, 2006). Elle a également publié des articles sur les compositrices Mel Bonis, Lili Boulanger, Cécile Chaminade, Louise Farrenc, Sophie Gail, Marie Jaëll, Armande de Polignac, Blanche Selva et Pauline Viardot, ainsi que des articles examinant l'accès des femmes aux professions de la musique, notamment  « Les musiciennes : de la pionnière adulée à la concurrente redoutée - Bref historique d’une longue professionnalisation », (Travail, genre et sociétés, n° 19, avril 2008). Elle est aussi artiste lyrique. Après des études à l’Opera School du Royal College of Music de Londres, elle a notamment été lauréate du premier concours Voix nouvelles de France-Télécom, en 1989. Elle s’est alors produite sur de nombreuses scènes lyriques (Théâtre du Capitole, Opéra du Rhin, Opéras de Nantes et de Metz, Château de Versailles, Landestheater de Linz, Nationaltheater de Mannheim...), ainsi que dans des festivals (Utrecht, Brucknerfest à Linz, Saint-Céré...). Elle a chanté en soliste en concert sous la direction de chefs comme Michel Plasson, Alain Lombard, Jean-Jacques Kantorow, Jos Van Immerseel et Emmanuel Krivine. Elle se consacre maintenant essentiellement aux genres de la romance, de la mélodie et des chansons françaises et languedociennes, en liaison avec ses recherches musicologiques.

Aurore Evain s’est formée aux Conservatoires des Xe, VIe et XIIIe arrondissements de Paris et a suivi le cursus d’Études théâtrales de la Sorbonne-Nouvelle, avec une spécialisation en Histoire de l’Ancien Régime. De 2006 à 2010, elle organise des mises en espace et des lectures autour du théâtre de Corneille et des pièces de femmes de l’Ancien Régime (Conservatoire Hector Berlioz, Université de New York à Paris, Association Sur les pas de Richelieu à Luçon…). Elle est également intervenante dans le cadre des Ateliers de formation et perfectionnement en art dramatique animés par le TAL, aux Conservatoires Jean-Philippe Rameau (VIe) et Hector Berlioz (Xe). En 2010, elle met en scène en extérieur son adaptation du Lieu perdu de Norma Huidobro, lors du festival Nuits d’Été Argentines, dont elle a été la coordinatrice artistique. En 2014/2015, elle anime un atelier théâtre « Le Temps des femmes » dans le cadre des actions culturelles mises en place par La Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt, sur le thème « La femme du soldat inconnu ». Directrice artistique du collectif ARTLife depuis 5 ans, elle a fondé en 2014 la Compagnie La Subversive. Sa mise en scène du Favori, tragi-comédie de Madame de Villedieu, première autrice jouée par une troupe professionnelle à Paris (1665), a été créée en mai 2015 à La Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt (coproduction Théâtre de Guyancourt, conseil général des Yvelines, Réseau Créat’Yve / en cours de diffusion). À partir de 2016, elle sera artiste associée au CDN de Montluçon, sous la direction de Carole Thibaut.

Claire Bodin, claveciniste et directrice artistique du Festival Présences Féminines.
Titulaire de deux premiers prix de clavecin et basse-continue du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, ainsi que du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du clavecin, c’est d’abord en tant que claveciniste que Claire Bodin s’engage dans la voie musicale.
Elle se produit comme continuiste ou soliste, particulièrement au sein de la compagnie Les Bijoux Indiscrets qu’elle a créée en 2006 et dont elle assume la direction artistique et musicale ; elle enseigne par ailleurs le clavecin au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulon Provence Méditerranée.
En 2011, elle crée le festival Présences Féminines ayant pour objectif la mise en valeur des femmes, notamment des compositrices, au travers de l’histoire de la musique. Claire Bodin est autrice en co-écriture avec la comédienne Anna Veyrenc de plusieurs textes destinés à la scène ou au concert, notamment la pièce Petite Mademoiselle Jacquet sur la vie d’Elisabeth Jacquet de la Guerre, Les sept rêves de Mel Bonis, scénario qu’elle a mis en scène en mars 2014 ; Jeune fille à la viole, Airs coquins et à boire

SITE INTERNET

Festival Présences Féminines
consulter 

Vous aimerez aussi

  • un-chemin-de-sable-blanc

    Spectacle

    Musique

    Salle Fanny Ardant

    Un chemin de sable blanc

    samedi 19 et dimanche 20 mars

    samedi à 17h30 et dimanche à 16h

    Conception et musique Marie-Hélène Bernard
    Vidéo Robert Cohen 

    Lire la suite

    •