Le Liberté La saison

Blogging et littérature, engagement poétique et politique

Salle Daniel Toscan du Plantier

Avec Amal Claudel, blogueuse, poétesse (Tunisie), Naïla Mansour, linguiste, blogueuse (Syrie), Paola Salwan Daher, blogueuse, écrivaine (Liban/ France), Shahinaz Abdel Salam (Égypte) du projet Les Nouvelles Antigones
Modératrice Nil Deniz

Entrée libre 

Tarif théma :

Une nouvelle forme de résistance des femmes méditerranéennes est en train de se dessiner : par le biais d’internet, elles partagent leur quotidien, leurs réflexions et leurs créations, de la Grèce à l’Espagne, du Liban au Maroc, de l’Égypte à la France. Ce sont des Antigones modernes.

Elles sont blogueuses ou artistes engagées, et elles ont cette conscience individuelle, immergées dans l’histoire en train de s’écrire. L’activité des blogueuses renvoie à la dialectique de l’intimité et de l’engagement, qui est incarnée par le personnage d’Antigone : elles passent souvent, dans leurs écrits, de la mission d’information du journaliste citoyen au récit personnel du journal intime. Quand les blogueuses dénoncent les violences domestiques en Espagne, les viols récurrents contre les manifestantes de la place Tahrir en Égypte, en somme dès qu’elles parlent de phénomènes de société qui ont un impact direct sur les individus, partout en Méditerranée, elles relient le privé au public. À travers leurs yeux de femme-citoyenne, elles nous offrent un autre regard sur la Cité.

Les Nouvelles Antigones est un projet original, centré sur ce « pouvoir de dire » au féminin qui émerge dans la Méditerranée du XXIe siècle. L’objectif est de tisser des liens entre les écrits de ces bloggeuses, via la création d’un espace commun en ligne. La singularité de cet espace commun est qu’il croise les enjeux de citoyenneté et de recherche artistique qui s’expriment dans les écrits de ces femmes. Les Nouvelles Antigones veut créer un espace de résonance qui s’adresse en particulier aux jeunes générations « connectées ». Mais au-delà de ce rôle de « média citoyen », il s’agit aussi de développer ce réseau afin de donner une plus grande visibilité à ces voix féminines.

Amal Claudel (de son vrai nom Amal Khalif) est une jeune poétesse tunisienne. Après son cursus à l’Institut des Hautes Études Commerciales de Carthage (IHEC), elle devient chercheuse en sciences sociales, et se spécialise sur les médias et le développement social. Elle se passionne très tôt pour la poésie, et écrit principalement en arabe. Dans ses poèmes, qu’elle partage sur sa page Facebook, elle questionne la société tunisienne contemporaine dans un style courageux et provocateur. Entre révolution, amour, sexualité et féminisme, les poèmes d’Amal reflètent des réalités que vivent les femmes dans un pays en pleine mutation. Elle a créé le blog collectif « Chaml » réunissant des femmes qui partagent la passion de l’écriture et le désir de faire entendre des voix différentes.

Naïla Mansour est une universitaire syrienne, mère de deux enfants. Elle réside actuellement, et, espère-t-elle, provisoirement, en France, où elle est maître de conférence invitée. Elle a écrit des articles dans plusieurs revues syriennes et libanaises, mais a commencé à écrire à la première personne avec la révolution. Elle dit s'intéresser à l’humain, au social, et à la mémoire collective lors des moments historiques, à l’instar de ce que vivent les Syriens depuis 2011. Fille d’un opposant qui a passé plusieurs années en prison, Naïla Mansour se définit comme « une femme ordinaire qui assume sa fragilité », favorable à la révolution dès ses premiers moments, sans être une héroïne pour autant. Elle n’a pas de blog, mais a publié certains de ses textes sur le site Syrie MDL.

Juriste internationale et chercheuse dans le domaine des droits de l’homme, Paola Salwan Daher est aussi romancière et blogueuse. Elle a créé le blog Café Thawra, qu’elle alimente avec Joseph Daher et où il est souvent question des combats féministes, au Moyen-Orient comme en Europe. Elle écrit aussi régulièrement sur son blog personnel Myrrh and Mint. Née en France de parents libanais, Paola est l’auteur du roman Oublier Alep, publié en 2013 aux éditions Tamyras. Elle travaille actuellement à Genève pour le Centre pour les droits reproductifs, une ONG qui promeut « une vision du monde où toutes les femmes sont libres de décider ou non d’avoir des enfants ».

Shahinaz Abdel Salam, née en 1979 et originaire d’Alexandrie, est une blogueuse et activiste égyptienne. Ingénieure de formation, elle fait partie des pionniers du mouvement de contestation égyptien sur la Toile, qui ont contribué à la chute d’Hosni Moubarak en février 2011. Depuis 2005, elle n’a cessé de dénoncer à travers son blog les dérives du pouvoir : la brutalité policière, la corruption, les fraudes flagrantes lors des élections…  En parallèle de ce blog, elle était également activiste au sein du mouvement Kefaya (ça suffit !). 
En 2010, elle a été emprisonnée pendant quelques jours pour s’être rendue en Haute-Égypte avec d’autres bloggeurs afin de présenter leurs condoléances à des familles coptes dont les proches ont été assassinés le 7 janvier 2010. En octobre 2011, elle publie son premier livre, Égypte, les débuts de la liberté (Michel Lafon), dans lequel elle raconte ce combat qu’elle a mené durant des années pour ouvrir les yeux à ses compatriotes face à un régime qui bafouait leurs droits. Shahinaz Abdel Salam est consciente que l’Égypte n’est qu’au début de sa liberté et que le plus dur reste à venir. Elle appelle ses concitoyens à protéger la révolution. Elle vit aujourd'hui entre Paris et le Caire.

Après des études sur le Moyen-Orient et l’lslam à l’Université de Hambourg, Nil Deniz a travaillé à l’Institut d’Orient de Hambourg et à l’Office Franco-Allemand de la jeunesse de Lyon pour développer des projets d’échanges culturels entre la France et l’Allemagne toujours avec un focus sur la musique. 
Elle même polyglotte, elle parle allemand, turc, arabe, français et anglais, elle a réalisé pour le cinéma la traduction, entre autres, des films de Fatih Akın (Head-on ; Crossing the Bridge), de Nuri Bilge Ceylan (Trois singes) et dirigé une étude sur la traduction dans le monde éditorial turc pour Trans-européennesElle a travaillé pendant deux ans avec l’Espace Culture Marseille sur les Rencontres d’Averroès. Pour Art Moderne, elle a travaillé dans le conseil et développement de projets artistiques dans la musique traditionnelle et contemporaine en Méditerranée ; diffusion des artistes comme Ziya Azazi, Zad Moultaka, Ulas Özdemir, Moneim Adwan, le groupe Naguila… Elle a créé en 2009 le projet Sublimes Portes qui initie des résidences artistiques croisées en Méditerranée.

SITE INTERNET

Les Nouvelles Antigones
consulter

Amal Claudel
consulter

Naïla Mansour
consulter

Paola Salwan Daher
consulter

Shahinaz Abdel Salam
consulter