Le Liberté La saison

Le hibou et la baleine

Salle Daniel Toscan du Plantier

Projection du documentaire Le hibou et la baleine, 1993 (56 min) et rencontre avec Frédéric Lecloux

Entrée libre

Le Théma Paquebots nous donne l’occasion de consacrer une soirée au voyage, au sens du voyage, à notre rapport au temps, à l’espace et à l’altérité. Pour ce faire nous invitons Nicolas Bouvier à travers la projection d’un documentaire Le hibou et la baleine de Patricia Plattner, et Frédéric Lecloux, un « enfant » de Nicolas Bouvier, qui nous fera partager sa passion, sa connaissance de Nicolas Bouvier et de son œuvre, son propre travail et ses réflexions sur le voyage, le sens du voyage, le sens du monde.

Le hibou et la baleine, 1993 (56 min), est un documentaire qui dresse le portrait de Nicolas Bouvier, figure emblématique de l’écrivain et du voyageur, auteur notamment de L’usage du monde. En 2004, Frédéric Lecloux parcourra à son tour les chemins de la Yougoslavie à l’Afghanistan dont il tirera un livre, L’usure du monde.

Frédéric Lecloux est écrivain, voyageur et photographe. Né en 1972 à Bruxelles, il vit aujourd’hui dans la Drôme. Il a publié Au cœur de l'Himalaya (1998) et Katmandou 2058 (2003) à La Renaissance du Livre, et Lentement vers l'Asie chez Glénat (2006). Ses photographies, distribuées par l'agence Vu, sont régulièrement exposées en France et à l’étranger. Autodidacte, il est aussi maître de stage aux Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles, à photo.circle à Katmandou et à la Maison du Geste et de l'Image à Paris. Il est à l'origine du projet e-ku. Le travail de Frédéric Lecloux est publié par Le Bec en l'air.

Nicolas Bouvier (1929-1998) est issu d'un milieu protestant, rigoriste mais éclairé. Nicolas Bouvier est un grand lecteur de Jules Verne, de Stevenson, de Jack London et d'Henry Michaux. Après ses deux licences à l'université de Genève, en droit et en lettres, il part pour son premier voyage au long cours, qui durera... quatre années. Il découvre la Yougoslavie, le Japon, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde et Ceylan. Père fondateur du « travel writing » moderne, il a face au voyage une attitude particulière : un mélange de farfelu, d'hédonisme, un mépris du confort et de sa santé. Chasseur d'images depuis la commande relative aux maladies oculaires faite par l'OMS en 1950, il publie surtout des récits de voyage, dont les plus célèbres sont L'usage du monde (1963) et Le poisson-scorpion (1982) qui a reçu le Prix Alpes-Jura et Prix de la Critique, ainsi qu'un recueil de poésie, Le dehors et le dedans.