Le Liberté La saison

La fin du monde est pour dimanche

Salle Albert Camus

Durée : 1h20

Texte François Morel
Mise en scène Benjamin Guillard

Avec François Morel

Le comédien et humoriste François Morel réunit ses chroniques radio en un spectacle doucement surréaliste. Entre moralisme naïf et « morélismes », un seul en scène de rires, de poésie et d’absurde.

Le bonheur est-il un voleur, qui entre chez vous par effraction et s’évanouit dans la nuit ? Peut-on adresser la parole aux vénus rencontrées dans le métro ? Une huître « fine de claire numéro 3 » peut-elle être l’objet d’un amour passionné ?... Autant de situations peu banales et de réflexions incongrues surgissant dans la galerie de portraits dressés par un attachant Monsieur Loyal. C’est à une apocalypse joyeuse que François Morel nous invite dans son dernier spectacle créé à La Coursive, scène nationale de La Rochelle en avril 2013. À l’inverse d’un Bien des choses versant dans l’ironie, c’est la bienveillance et la tendresse que l’auteur-comédien convoque pour ces vignettes fragiles aux couleurs surannées, issues des textes écrits pour la radio (ses chroniques pour les matinales de France Inter depuis 2009). Fidèle au génie comique d’une famille d’artistes qui a aujourd’hui essaimé sur les scènes françaises, François Morel évoque des images dérisoires, des petits bouts d’humanité qui nous renvoient à notre indicible fragilité.

Scénographie, lumières et vidéo Thierry Vareille
Effets vidéos et post-production Etienne Waldt
Assistant à la lumière Alain Paradis
Musique Antoine Sahler
Son Mehdi Ahoudig
Costumes Christine Patry
Collaboration artistique Lionel Ménard
Direction technique Denis Melchers
Costumes réalisés par l’Atelier Les Vertugadins

Production Les Productions de l’Explorateur / La Coursive, scène nationale de La Rochelle / Le Théâtre de la Pépinière-Paris / Scène nationale d’Albi
Production déléguée Valérie Lévy et Corinne Honikman assistées de Constance Quilichini
Avec le soutien du Pôle Culturel d’Ermont et du Cado d’Orléans