Le Liberté La saison

Phi-Phi

Salle Albert Camus

De Henri Christiné
Livret Albert Willemetz et Fabien Sollar
Direction Christophe Grappero
Mise en scène Johanny Bert

Chanteurs Gilles Bugeaud, Emmanuelle Goizé, Christophe Grapperon, Olivier Hernandez, Lara Neumann et Antoine Sastre

Modèles Florence Andrieu, Nadine Béchade, Marie Blondel, Alexandra Courquet, Nathalie Davoine, Laetitia Le Mesle, Isabelle Monier-Esquis, Laure Pierredon et Marion Sicre

Musiciens
Violon Pablo Schatzman et Benjamin Fabre
Violoncelle Annabelle Brey, Jérôme Huille et Marlène Rivière
Contrebasse Nicolas Crosse et Benjamin Thabuy
Piano Nicolas Ducloux
Flûte Boris Grelier et Claire Luquiens
Clarinette François Miquel, Christian Laborie et Julien Chabod
Saxophone Émilie Heurtevent
Trompette André Feydy, Vincent Mitterrand et Rodolphe Puechbroussous
Trombone Frédéric Lucchi

Maris, épouses et amants créent l’imbroglio amoureux dans cette opérette emblématique des Années Folles. Une œuvre brillante, joliment adaptée par la compagnie Les Brigands.

Athènes, 600 ans avant Jésus Christ. Le sculpteur Phidias (surnommé amoureusement Phi-Phi) choisit comme modèle Aspasie, gamine charmante rencontrée dans les rues, pour personnaliser la vertu dans un ensemble statuaire dédié au bonheur domestique. Surgit sa fidèle épouse qui conteste vigoureusement le choix de cette fille de mœurs légères pour participer à une commande officielle. Le couple s’engage alors dans un rocambolesque chassé-croisé amoureux, au milieu duquel sont impliqués le bel éphèbe Armidéon et le héros grec Périclès... Le bonheur conjugal prend parfois d’étranges voies détournées !
Le 12 novembre 1918, la réussite de la brillante opérette d’Albert Willemetz et Henri Christiné (auteurs de Ta Bouche) éclate comme une bulle de Champagne au lendemain de l’armistice clôturant la grande boucherie de 14-18. Les Années Folles débutent sur les airs et les refrains de cette opérette emblématique de la frivolité de l’après-guerre. Mais l’esprit pétillant et finement grivois entourant les plaisantes péripéties sensuelles du quintette amoureux (les deux maris, les deux épouses et l’amant) ne porte-t-il pas aussi une réflexion (devenue nécessaire au lendemain de la guerre) sur la vertu, la jeunesse, la beauté, la place des femmes dans la société ? La compagnie des Brigands introduit une jolie dose de modernité dans son adaptation ironique et décalée, portée par un chœur antique de neuf comédiennes-chanteuses et les corps-puzzles des marionnettes de Johanny Bert.

Assistant à la mise en scène Thomas Gornet
Orchestration Thibault Perrine
Scénographie Audrey Vuong
Chorégraphie Jean-Marc Hoolbecq
Costumes Élisabeth de Sauverzac
Marionnettes Einat Landais
Chef de chant Nicolas Ducloux

Production Compagnie Les Brigands
Coproduction La Coursive - Scène nationale, La Rochelle / Théâtre du Beauvaisis / Théâtre musical de Besançon
Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, de la Spedidam, de l’Adami et de la Fondation Orange
Coréalisation Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Avec l’aimable autorisation des Éditions Salabert / Universal music