Le Liberté La saison

Ubu Enchaîné

Salle Albert Camus

Durée : 1h

D’Alfred Jarry
Adaptation Dan Jemmett et Mériam Korichi
Mise en scène Dan Jemmett

Avec Éric Cantona, Valérie Crouzet et Giovanni Calò

Père Ubu a renoncé aux privilèges de sa royauté et, pour reconquérir le pouvoir, s’apprête à endosser, paradoxe, le statut d’esclave... Pour cette suite d’Ubu Roi, Éric Cantona incarne le king grotesque d’Alfred Jarry : cornegidouille !

« Puisque nous sommes dans le pays où la liberté est égale à la fraternité (...) je vais me mettre esclave » assure Ubu dans les premières scènes d’Ubu Enchaîné. Mais si le sanguinaire despote ne veut plus être roi, le pouvoir n’en demeure pas moins son objectif suprême : « c’est encore moi qui finirai par tuer tout le monde ! ». Fidèles à eux-mêmes et à leurs appétits inextinguibles, Père et Mère Ubu s’engagent dans des péripéties où le grotesque le dispute au ridicule, sans déroger à leur invraisemblable mot d’ordre : « Tout pour la tripe ! ». Un royaume du non-sens et du rire grinçant, sur lequel règne sans partage un Ubu pourtant
découronné. Mais l’histoire ne se répète pas, elle bégaie... 
Le monarque indigne ne profère plus « merdre » mais ça le démange fortement. Écrit dix ans après Ubu Roi, rien ne change tout à fait pour la figure cupide et autoritaire inventée par le grand Alfred Jarry. Celui-ci est toujours à la croisée de Rabelais, Shakespeare et d’un absurde que ne renierait pas Ionesco. Éric Cantona incarne un king d’anthologie, aux côtés de son prolongement féminin Valérie Crouzet (Mère Ubu). Dan Jemmett, réputé pour ses mises en scène déjantées, y croque un portrait mordant de l’emblématique et ridicule souverain qui n’est, au final, pas si éloigné des hiérarques monstrueux et délirants que la marche du monde nous inflige...

Collaboratrice artistique Mériam Korichi
Décor Dick Bird
Lumières Arnaud Jung
Costumes Sylvie Martin-Hyszka
Musique Franck Frenzy

Production Compagnie des Petites Heures / Le Comité des Fêtes
Coproduction Théâtre Liberté / Le Phénix – scène nationale de Valenciennes avec le soutien du VAFC / Théâtre de Carouge - Atelier de Genève / Théâtre de Namur / Théâtre du Gymnase – Marseille
Coréalisation Athénée Théâtre Louis-Jouvet