Le Liberté Actions !

Actions !

Lettres à Nour : sensibiliser les jeunes aux questions d'endoctrinement

  • Autour des spectacles
  • Stages et actions ciblées
  • Scolaire

Depuis son ouverture, le Liberté fait de l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre-ensemble un enjeu incontournable de sa politique d’actions culturelles. Depuis les évènements de janvier et novembre 2015, les questions se bousculent : quels outils, quelles paroles, quelles propositions face à l’actualité ?

Dans ce contexte, la Préfecture du Var renouvelle le projet pour lequel il avait missionné le Liberté la saison dernière, en collaboration avec l’Éducation Nationale pour mettre en place une action de sensibilisation, notamment auprès des jeunes, sur les questions de la rupture et de l’endoctrinement.

Cette action s’est déroulée en deux temps :

  • Le 17 novembre à 14h30 : la venue de 8 classes de lycéens (264 jeunes au total) à la lecture d’un ouvrage emblématique de ces questions-là : Lettres à Nour, lu par Charles Berling et Pauline Cheviller, en présence de l’auteur, Rachid Benzine, qui a engagé un dialogue avec les jeunes à l’issue de la représentation.
  • Au cours des deux semaines suivantes, chaque classe a participé à une séance de théâtre forum, dans la continuité de ces thématiques, animée par les associations Capacités et Unismed. Ces séances ont été l’occasion d’aborder de manière très ouverte et cadrée, en filigrane des notions de rupture et d’endoctrinement, des thèmes aussi cruciaux que l’identité, le désir d’héroïsme, la quête de valeurs morales et d’idéal.

Sensibiliser, c’est en premier lieu ouvrir un espace de parole avec les jeunes, entendre sans juger ce qu’ils ont à en dire, écouter leur vécu, en vue de lutter contre les amalgames et les dérives identitaires.

Le théâtre forum, qui est avant tout un outil pédagogique, invite à réfléchir, à prendre conscience de mouvements qui se passent en soi. Des saynètes sont jouées dans lesquelles les jeunes peuvent se projeter de manière très concrète. Elles sont orientées de manière à ce que le débat s’ouvre sur les questions, les peurs, les stéréotypes, les solutions… Les jeunes sont ensuite invités à venir sur scène : chacun peut apporter ses propositions de résolution, exprimant de cette manière sa façon de voir le monde. Cette méthode a fait ses preuves depuis de nombreuses années et fonctionne très bien en groupe. Un membre de l'association Unismed, Ahmed Mekrelouf, spécialiste dans les domaines des extrémismes violents, de la médiation interculturelle et de la promotion des valeurs de la République a accompagné ces séances.